Condorcet

Sa vie, sa pensée, son oeuvre…

 

“J’ai toujours pensé qu’une Constitution républicaine ayant l’égalité pour base était la seule qui fût conforme à la nature, à la raison et à la justice, la seule qui peut conserver la liberté des citoyens et la dignité de l’espèce humaine”. Condorcet

 

 

Publicités

Le chômage en France

Avertissement

Cet essai a pour support un article d’Alternatives Economiques n° 333 de mars 2014

« Remèdes » contre le chômage

1 – Baisser le coût du travail

Les détracteurs pensent que le « travail »(entendez emploi) dérégulé constituerait une « armée de réserve » de chômeurs ainsi que des salaires bas.

Au contraire, la période des « trente glorieuses », avec un salaire minimum, une protection sociale obligatoire, des syndicats « puissants » a été le remède.

Aujourd’hui l’Europe et la mondialisation serait les raisons du chômage de masse.

Les « pro-baisse » pensent qu’en baissant le coût du travail, celui-ci augmentera et les entreprises pourront plus facilement embaucher en baissant l’automatisation de leurs processus de production…
Cette solution est « bien vue » des politiques français pour qui le « travail » n’est qu’un coût et non un « revenu »(la partie indirecte de la protection sociale, le chômage, les retraites…

Notre point de vue et solutions

Pour nous, l’emploi doit être régulé mais doit rester assez souple pour les entreprises ET pour les salariés eux-mêmes. L’emploi a effectivement un « coût » mais c’est la même chose pour le capital qu’il soit financier ou patrimonial (machines, équipements…).

« Libérer » l’emploi est une mesure indispensable pour réduire les « inégalités », libérer les hommes et les femmes dont c’est le revenu principal, le seul pour beaucoup, et permettre aux entreprises, de vendre et fournir durablement un ou plusieurs biens ou services marchands sur un marché concurrentiel effectif et juste.

Une règle importante, à ne pas perdre de vue, est que l’emploi, parmi d’autres paramètres, influence le chômage, à la hausse comme à la basse.

 

CONCLUSION